La fonte massive des boucles de souliers en 1789

Le député d’Ailly, à l’origine du sacrifice des boucles d’argent des députés le 20 nov. 1789

Dès l’automne 1789, la nécessité de compenser l’effondrement des recettes fiscales du royaume suscite un élan collectif de dons de numéraires et de bijoux, parmi lesquels les boucles de souliers deviennent un enjeu symbolique.

Le 7 septembre 1789, un groupe de onze femmes – artistes ou femmes d’artistes – se présente devant les membres de l’Assemblée nationale à Versailles pour faire don à la nation d’une cassette contenant leurs bijoux. Ce geste symbolique de renoncement à la parure et au luxe pour le bien public connait un retentissement très important, popularisé par plusieurs gravures.  Deux bureaux organisés de "dons patriotiques" s’ouvent, dirigés l’un par Mme Pajou (fille et femme de sculpteur), l’autre par Mme Rigal, épouse d’orfèvre. Le 18 septembre, l’Assemblée publie un décret encourageant les dons patriotiques, le nom des donateurs étant publié sur un registre. Le 22 septembre, le roi Louis XVI envoie sa vaisselle de métal précieux à la fonte (au total  9 442 marcs d’argent et 230 marcs d’or), imité par la Reine (3 607 marcs d’argent).

Il semblerait que ce soit le fils Knapen, célèbre imprimeur, qui ait le premier indiqué que les hommes ne devaient pas être en reste sur les femmes, et offrir à la Nation leurs boucles de souliers. On publie alors toutes sortes de chiffres assez fantaisistes sur ce que pourraient rapporter les "dons patriotiques" de boucles de chaussures. On avance le chiffre de 6 millions [1], voire de 40 millions de livres, dont 600 000 pour les citoyens-soldats [2] ! "On diffère d’une manière étonnante dans les conjectures sur les produits de ce genre de sacrifice, indique le Journal de Paris le 6 décembre 1789; les uns disent que cela rendra jusqu’à vingt millions, les autres ne veulent pas même que cela rende un seul million. Il faudra savoir combien de gens en portent, ensuite combien de gens les donneront. On n’a aucune de ces deux données."

Le 20 novembre 1789, les députés offrent solennellement leurs boucles d’argent à la Nation, à l’initiative de Michel-François d’Ailly, député de Chaumont-en-Vexin. « L’honorable membre, dit le Moniteur, en donne le premier l’exemple, en ôtant les siennes ». Ils sont bientôt imités par la Commune de Paris le 22 novembre et par les districts. Le marquis de Villette offre toutes ses boucles, celles de sa Maison, puis, en décembre, celle des patriotes du Club National qu’il préside. De nombreuses villes envoient les boucles de leurs citoyens à l’Assemblée. Bientôt, ceux qui conservent des boucles d’argent à leurs souliers apparaissent suspects. Le Dictionnaire national définit les "boucles d’argent" comme un "ornement superflu, qui désigne un aristocrate ou un égoïste au  cœur de bronze." Le Journal des Révolutions de l’Europe note, en novembre 1789 : "Aujourd’hui, les boucles d’argent semblent être proscrites ; dans les rues de Paris, on hue ceux qui en portent encore; chacun a des cordons à ses souliers ou des boucles de cuivre."

En mars 1790, les "dons patriotiques" n’avaient cependant rapporté qu’un million à l’Etat. Encore faut-il mentionner, échappant aux comptes généraux, des initiatives locales. Ainsi le docteur Nicolas Rougnon, à Besançon, invite ses concitoyens à sacrifier leurs boucles d’argent pour acheter du blé en faveur des indigents.

Illustrations de l’esthétique d’un siècle, les boucles de souliers d’argent sont ainsi devenues, en 1789, le symbole d’une société égoïste et frivole à abattre.

Don patriotique des illustres françoises en sept. 1789. Anonyme, 1791

Don patriotique des illustres françoises en sept. 1789. Anonyme, 1791

[1] le Dictionnaire national, 1790, article Boucles.

[2] Chronique de Paris, septembre 1789

Tagué , , , ,

3 thoughts on “La fonte massive des boucles de souliers en 1789

  1. [...] “Rendez-moi mes boucles”, son scepticisme sur la Révolution française, résumée au sacrifice patriotique des boucles de chaussures. En voici le texte intégral. Un pamphlet sceptique sur la Révolution [...]

  2. [...] que, dans la fonte généralisée des boucles de chaussures, le Roi a du faire l’objet d’une surveillance patriotique [...]

  3. [...] inscription félicite le donateur d’avoir payé « le prix du patriotisme français » : les boucles patriotiques. Ces remises volontaires ne suffisant pas, les autorités révolutionnaires orchestrent [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: