Les boucles à la d’Artois, « Artois buckles »

Le Beau comte d’Artois, par Danloux (1798)

« Boucles à la d’Artois », ou « Artois buckle » en Angleterre, est une appellation qui désigne une large boucle de chaussure, de grandes dimensions, à la mode du milieu des années 1770 jusqu’au début des années 1790. Si la mode en est en France et en Angleterre, c’est surtout en Angleterre qu’on leur donne ce nom de « Artois shoe buckles ». On rencontre plus rarement en France « boucles à la d’Artois ». Les historiens, les collectionneurs anglais reprennent de publication en publication l’idée selon laquelle ce nom vient du comte d’Artois, frère de Louis XVI, qui en aurait importé l’usage lors de son « ambassade » à Londres. Or, sans être spécialiste de Charles X, je ne vois pas du tout quelle ambassade il effectue à Londres, où l’appellation « Artois shoe buckles » est attestée dès 1777. Cette année-là, le Gentleman’s Magazine de Londres note que « les boucles de chaussures d’Artois deviennent universelles pour les dames comme pour les gentilshommes [The Artois buckles are become universal for ladies and gentlemen]: les tailles de certaines, portées à la cour, sont gigantesques ». Soit ce nom vient effectivement du comte d’Artois, dont l’élégance affectée était bien connue, soit l’origine est autre…Et l’on sait combien en matière de noms, de qualificatifs, ce cher XVIIIe siècle est inventif (robe à la Polonaise, couleur les yeux du roi, etc..).

Les « Artois buckles » sont dans ces années 1770-1780, indissociables de l’élégance d’un « Beau ». Le conférencier Didier Doré me signale qu’en 1779, dans sa pièce The Son in Law (le gendre) l’acteur et dramaturge irlandais John O’Keeffe (1747-1833) fait de l’un de ses personnages le miroir des dernières modes. Les vers qui suivent étaient l’un des hymnes des élégants :
« This face observe, discerning fair,
Observe each motion debonair;
My artois buckles when you view,
In shining sable satin shoe,
You’ll say, that I’m, from top to toe,
A monstrous handsome city beau. »
 !!!

(…lorsque vous regardez mes boucles d’Artois, sur mes chaussures satin noir brillant, vous direz, que de la tête aux pieds, je suis suis un Beau d’une beauté dévastatrice!)

Boucles de chaussures masculines 1777-1785        Los Angeles County Museum of Art, M.80.92.6a-b.

A quoi ressemblaient « the oversized Artois buckles named after the Comte d’Artois » ? Le qualificatif « oversized » [surdimensionné] en dit long. A partir des années 1740, la taille de la boucle de chaussure masculine se stabilise à environ 6 x 5cm. Dans les années 1770-1780, la dimension moyenne des boucles – je me fonde de manière très parcellaire sur celles qu’il m’a été donné d’étudier – augmentent : elles s’élargissent pour couvrir totalement le coup de pied; En moyenne 7 à 8 x 5 cm, environ. Pour l’essentiel, elles ne font que s’élargir, sans gagner nécessairement en hauteur. Elles peuvent être bien plus imposantes, ce qui explique la raillerie de Frédéric II le Grand sur nos boucles de « harnais de carrosses »…. J’en connais une paire étonnante, et esthétiquement pas très heureuse, de 11,6 x 4,6 cm ! Celles d’un genre dont se plaint Vaublanc dans ses Mémoires... J’en connais également une paire, très jolie, des années 1780, de 9,7 x 7,5 cm. Elles ressemblent tout à fait à celles que porte Lavoisier dans le tableau de David, et qui couvrent entièrement le cou de pied. J’ai également publié sur mon blog sur ces boucles en Wedgwood du V&A : elles mesurent 8,6 x7,8 cm.

Peut-être par rivalité avec le Beau comte d’Artois, le fils prodigue de George III d’Angleterre, de cinq ans le cadet du prince français, lança en Angleterre dans les années 1780 une forme de boucle nouvelle, très large et très étroite (5 inches x 1 inch). Mais ces boucles étranges, qui divisèrent les élégants britanniques, sont aujourd’hui considérées comme un avatar des boucles à la d’Artois, ce dont leur promoteur, le prince de Galles, enragerait…

Voilà pour l’histoire. Les boucles d’Artois étant les plus prisées par les collectionneurs, elles sont en général qualifiées ainsi dès qu’elles mesurent plus de 6 ou 7 cm de large. Sont également appréciées, aujourd’hui, dans les Maisons de Ventes, ses qualités esthétiques : la boucles d’Artois est très souvent richement ornée de pierres, de strass, de filigranes, et même de camées. Aujourd’hui, boucle d’Artois veut dire essentiellement boucle de belle dimension, et de belle facture. Des boucles un peu grossières, même de grandes dimensions, ne seraient sans doute pas qualifiées de « Boucles d’Artois ».

Publicités

Une réflexion sur “Les boucles à la d’Artois, « Artois buckles »

  1. […] une très grande ampleur, couvrant tout le cou-de-pied. Outre-manche, elles sont appelées « Artois shoe buckles » en référence au comte d’Artois, le plus jeune frère de Louis XVI et futur Charles X, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :