« Ornement superflu qui désigne un aristocrate… »

« Dictionnaire national et anecdotique, pour servir à l’intelligence des mots dont notre langue s’est enrichie depuis la révolution,(…) , avec un appendice contenant les mots qui vont cesser d’être en usage… » (1790)

Le « Dictionnaire national » que publie en 1790 le lexicographe et grammairien Pierre-Nicolas Chantreau (1741-1808) est teinté de l’ironie de son maître, Voltaire. Sincèrement acquis aux idées nouvelles, mais résolument « antifanatique », Chantreau livre ici son témoignage sur l’évolution des pensées et des mots au début de la Révolution française.

L’article « Boucles » exprime l’importance symbolique de cet accessoire de mode.

« BOUCLES : boucles d’argent : ornement superflu, qui désigne un aristocrate ou un égoïste au  cœur de bronze. Un patriote calcula un jour que si tous les Français se défaisaient de leurs boucles d’argent en faveur de la patrie, on procurerait six millions au trésor national. Cette idée vraiment patriotique fermenta quelques jours dans la têtes de nos citoyens, et nos illustres représentants allèrent d’un commun accord faire le sacrifice des leurs à la patrie. Cet exemple est imité dans les districts , qu’un zèle civique anime en tous les temps, et les boucles abondent de toutes parts sur l’autel de la patrie. Du zèle, on passe à l’enthousiasme ; dans les rues, tous les citoyens embouclés de larges boucles à la d’Artois sont obligés au même sacrifice ; mais aux enthousiastes se joignent d’infâmes spoliateurs ; le désordre, la rapine s’en mêlent, et les femmes sont outragées, etc. etc. etc. C’est au milieu de ce désordre que parurent les boucles nationales ; elles sont de cuivre ; c’est un vil métal, mais il honore le pied patriotique qui le porte. Français ! Maintenez-vous libres et vous serez de vertueux Spartiates. recommandez cependant à vos femmes de ne point porter de chiffres d’or à leurs fichus. ..Des citoyennes petites-maîtresses… Eh ! sommes-nous donc encore en 1788 ?  »

Boucle de chaussure Marmont

« Le prix du patriotisme français » , boucle patriotique du jeune Marmont, futur maréchal (vers 1792). ©Musée de Châtillon-sur-Seine

Publicités

Une réflexion sur “« Ornement superflu qui désigne un aristocrate… »

  1. […] ceux qui conservent des boucles d’argent à leurs souliers apparaissent suspects. Le Dictionnaire national définit les “boucles d’argent” comme un “ornement superflu, qui désigne un […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :