Archives de Catégorie: Général

Pied gauche, pied droit…

Dessin de soulier XVIIIe, dans lequel la parfaite symétrie de la semelle est représentée (In M. Leloir, Histoire du Costume, 1933)

Dessin de soulier XVIIIe, dans lequel la parfaite symétrie de la semelle est représentée (In M. Leloir, Histoire du Costume, 1933)

Au XVIIIe s., comme le plus souvent depuis la Renaissance, les souliers d’homme sont en général identiques pour le pied droit et pour le pied gauche. Et la semelle en est parfaitement symétrique, pour être interchangeable. On lit de toutes sortes d’explications fantaisistes sur ce point (1). Il s’agit d’un choix pleinement conscient de l’élégance, c’est-à-dire uniquement esthétique au détriment du confort.

Dans l’Art du Cordonnier (1767), François-Alexandre de Garsault (1693-1778) le note : « Dans les formes ordinaires [de souliers masculins], les renflements et rétrécissements du contour de la plante du pied sont égaux à droit [sic] et à gauche, de façon que le dessous de la semelle […] représente une figure régulière; cela n’est cependant pas dans la nature […] ».

La préoccupation est clairement uniquement élégante : les semelles sont ainsi parfaitement symétriques, et parfaitement identiques. Dans l’usage, cela s’avère tout-à-fait inconfortable, mais que ne sacrifie-t-on pas à son confort parce que c’est « à la mode » ou parce que c’est l’usage ? Cela oblige notamment à changer régulièrement les chaussures de pied, afin de préserver l’équilibre de la forme. « C’est pourquoi on est communément dans la nécessité, pour peu qu’on soit marcheur, de changer tous les jours ses souliers de pied, afin de faire revenir en leurs places les semelles que le pied avait poussées en dehors la veille, moyennant quoi, on leur rend perpétuellement leur régularité (…) ». Ce système a de nombreux inconvénients : « ce mouvement journalier doit les corrompre et les user plutôt; et le pied qui, pour ainsi dire, les remet toujours en forme, a un office qui, quand les souliers sont neufs, ne laisse point de le gêner ».

Mais, quels que soient les inconforts, Garsault les semble préférer au parti-pris d’un original – il en est tout de même – qui se fait faire des chaussures adaptées à chaque pied : « […] quoique cette personne soit grand chasseur, et qu’il marche souvent souvent depuis le matin jusqu’au soir, il ne change point ses souliers de pieds, et le soulier neuf ne le gêne ni ne le blesse jamais; il est vrai que le dessous de ses semelles ne satisfait pas la vue par leurs biaisements. »

Les boucles suivent naturellement ce souci de symétrie : les plus courantes sont parfaitement symétrique et donc absolument interchangeables. On trouve cependant sur certaines boucles des mentions « R » et « L », Right et Left, qui rappellent que certaines boucles anglaises, notamment à système, étaient asymétriques et adaptées à la forme du cou de pied.

Planche extraite de L'Art du Cordonnier, par Garsault, 1767 (source Gallica)

Planche extraite de L’Art du Cordonnier, par Garsault, 1767 (source Gallica)

(1) Les plus courantes sont que l’on n’avait pas, alors, inventé les chaussures de formes différentes, ou bien qu’il s’agirait de souliers militaires similaires d’une part pour permettre un réassortiment plus rapide d’une paire dont l’un des deux serait perdu, d’autre part pour empêcher l’usage civil des souliers militaires

Etude d’une boucle Empire

Une boucle de soulier d’époque Empire est mise en vente par la Maison Osenat, dimanche 9 juin 2013 à Fontainebleau. Il s’agit d’une boucle à système à contre-chape, en argent vermeillé. Si l’estimation de l’objet est très exceptionnellement haute (350/400E), 8 fois supérieure à l’estimation moyenne, il faut saluer le travail remarquable de la prestigieuse maison de vente aux enchères.

Le descriptif de l’objet donne toutes les précisions utiles : « fine boucle de soulier en vermeil. Encadrement ciselé d’une suite de rinceaux feuillagés, fleurs et pommes de pins. Système d’attache en acier à double ardillon. 6,8 cm x 4,5 cm. B.E. Premier Empire. » En outre, les poinçons ont été scrupuleusement étudiés : « Poinçon de titre Coq 2, département 800, Mercure 1809. Poinçon de moyenne garantie Paris. Poinçon « J.H.B. Double» »

Boucle de soulier en vermeil, 6,8 cm x 4,5 cm de l'orfèvre parisien J.H. Brahy, entre 1809 et 1820.

Boucle de soulier en vermeil, 6,8 cm x 4,5 cm, de l’orfèvre parisien J.H. Brahy, entre 1809 et 1820. © Osenat

Le poinçon de titre nous informe sur le titre d’argent composant la boucle. Il représente un coq avec le chiffre 2 : c’est le coq de 2e titre, soit 800 grammes d’argent pour mille grammes. L’étude Osenat précise « Département », variante du coq 2 propre aux départements. La boucle en argent est donc un ouvrage régional, ou du moins vérifié hors de Paris. Le poinçon « Mercure 1809 » indique que l’ouvrage a été recensé en 1809. En effet, pour limiter les fraudes, sous l’Ancien Régime, en 1722, a été ordonnée la recense des objets en métal précieux. Après la Révolution, deux autres recenses seront ordonnées, en 1809 et 1819. La boucle porte la marque de la recense de 1809, une tête de Mercure.

Il porte également le poinçon de moyenne garantie de Paris, la tête d’Athéna.

Par ailleurs, un autre poinçon indique « JHB Double ». C’est le poinçon insculpé par le maître orfèvre J.H. Brahy en 1809-1810, biffé en 1820. Il s’agit d’un « poinçon de plaqué ». Le poinçon de plaqué est un poinçon carré créé en 1797 pour distinguer les ouvrages en métaux précieux des ouvrages plaqués qui se popularisent en France à partir de 1769 par l’industrie de l’orfèvre Huguet, et surtout de 1788 par celle de Daumy et Turgot, dans le célèbre hôtel de Pomponne. Le poinçon de plaqué doit nécessairement faire apparaître le mot doublé ou plaqué en toutes lettres ( les termes « doublé » et « plaqué » ne semblent pas avoir fait l’objet légalement d’une distinction et sont utilisés indifféremment). D’où le poinçon carré « JHB Doublé ».

Sa réclame annonçait : « La Boucle d’’or, d’’argent et doublée d’’or », 37 rue neuve St Médéric (actuellement rue Saint-Merri).

Je ne saurais pourquoi cette boucle d’argent ainsi doublée d’or par les soins de Brahy est réalisée en province, et doublée à Paris. Peut-être Brahy y était-il établi avant 1809 ? Ou bien achetait-il en province une production qu’il doublait à Paris ? Ce qui est certain c’est que la boucle de souliers « doublée d’or » est une industrie dans laquelle Brahy s’est spécialisé. Du reste, son successeur en 1819, Deribaucourt, est référencé « Deribaucourt, successeur de Brahy, r. Neuve-Saint-Médéric, Fabricant de Doublé » dans l’Almanach des Commerçants de Paris pour l’Année 1820.

Tagué , , , , ,

Les boucles du costume : boucles de chaussures, de culotte, de col, de chapeau…

Au XVIIIe s., la boucle de chaussure est l’une des boucles à système du costume masculin et féminin. « Pendant plus de 150 ans, écrit François Doré dans Les Boucles de Costume en France (Ed. Massin), de 1650 à 1830 environ, les boucles ont été étroitement prises en compte et associées aux choix vestimentaires. Paradoxalement ce sort commun du costume et de l’accessoire découle de ce que l’on pouvait à son gré, et selon son humeur, les circonstances et les exigences du dernier cri, dissocier les boucles du vêtement. »

De fait, on trouve parfois les boucles de chaussures réunies dans un même écrin avec une paire de boucles plus petites, dont la chape est en général en forme d’ancre : les boucles de culotte, dites aussi boucles de jarretières. Fixée sous le genou, au bas de la culotte, la boucle permet un ajustement plus précis de la culotte à la jambe. L’ardillon à double pointe se fiche dans le serrant de la culotte.

Elijah Boardman, peint par Ralph Earl en 1789, arbore fièrement boucles de chaussures et boucles de culotte

Elijah Boardman, peint par Ralph Earl en 1789, arbore fièrement boucles de chaussures et boucles de culotte

Une parure XVIIIe en argent, or et pierres du Rhin présentant dans un même écrin une paire de boucles de souliers et une paire de boucles de culotte

Une parure XVIIIe en argent, or et pierres du Rhin présentant dans un même écrin une paire de boucles de souliers et une paire de boucles de culotte

On trouve également, dans le costume masculin, des boucles de col. A l’origine militaire, notamment chez les grenadiers, le « tour de col » ou « stock » est une bande de cuir ou, le plus souvent, de tissus armaturé de crin de cheval ou de carton. Il règne vers 1750-1760 dans le costume civil. Il entoure le cou et s’ajuste à l’arrière par une boucle très spécifique, qui se reconnait par sa chape munie d’agrafes et son ardillon triple ou quadruple.

Le tour de col de Jean-Charles Garnier d'Isle est retenu par une boucle de col, sans doute similaire à celle représentée sous le portrait

Le tour de col de Jean-Charles Garnier d’Isle est retenu par une boucle de col, sans doute similaire à celle représentée sous le portrait

Les autres boucles principales sont les boucles de chapeau, essentiellement décoratives, placées à la base du tube du chapeau en tronc de cône, et les boucles de manchon. Les boucles de ceintures, inusitées dans le costume civil avant 1780, apparaissent dans le costume féminin à la fin du XVIIIe puis se généralisent au début du XIXe.

Tagué , , , , , ,

Les boucles du prince de Galles, futur George IV

George, prince de Galles en 1792, miniature sur ivoire, © National Portrait Gallery, Londres

George, prince de Galles en 1792, miniature sur ivoire, © National Portrait Gallery, Londres

George Auguste Frederick, prince de Galles, futur George IV (1762-1830) est connu pour ses extravagances, sa coquetterie, et sa vie désordonnée par des excès d’alcool et d’amours. Ce « prince obèse, futile, égocentrique, capricieux, dépensier, narcissique et coureur de jupons invétéré » qui « n’hésitait pas se montrer en habit de satin rose avec des perles et un couvre-chef orné d’une multitude de sequins« , selon Wikipedia, est aussi notoire pour sa relation complexe avec le Beau Brummel. Avant même cette rencontre cependant, il est « notoire » – c’est à dire que les biographes de George IV le reprennent à l’envi sans sourcer leur affirmation – que le prince de Galles aurait, dans les années 1780, lancé la mode d’une nouvelle forme de boucles de chaussures inspirée par les boucles d’Artois.

Par exemple, dans l’Histoire de la vie et du règne de George IV, par William Wallace, publiée juste après la mort du prince en 1831 :
« L’exemple dissipé et frivole du comte d’Artois à la cour de France a influencé le prince de Galles. Dans un esprit de rivalité avec le prince de France, il a « lancé« , comme on disait, « une nouvelle boucle de chaussure dans le beau monde » [en français dans le texte]. La mesure réglementaire de cette nouvelle boucle était de « cinq pouces de long sur un pouce de large, couvrant le pied jusqu’à quasiment toucher le sol de chaque côté ». Un schisme survint dans le « beau monde », les plus jeunes adoptant la nouvelle boucle étroite, les plus vieux restant fidèles à la vieille et orthodoxe boucle large. Cette anecdote semblera triviale aux lecteurs sérieux, mais elle peut piquer la curiosité des amateurs de mode. »

Ce qui est sûr, c’est que de telles boucles, longues de 12 cm pour 3 cm de largeur environ, existèrent dans le « beau monde » anglais à la fin du XVIIIe siècle. On les appelle « boucles du prince de Galles » ou « boucles de George IV ».

Boucles anglaises en argent doublé à la mode du prince de Galles, vers 1790. 12 x 4,5 cm. Collection de l'auteur.

Boucles anglaises en argent doublé à la mode du prince de Galles, vers 1790. 12 x 4,5 cm. Collection de l’auteur.

Tagué , , , ,

L’escarpin masculin, à boucle… ou pas.

Les gouaches de Lesueur, sous la Révolution, permettent de voir le décolleté progressif du soulier masculin. Ici, vers 1790, la boucle est positionnée très bas sur le soulier, qui n'est pas encore à proprement parler un escarpin

Les gouaches de Lesueur, sous la Révolution, permettent de voir le décolleté progressif du soulier masculin. Ici, vers 1790, la boucle est positionnée très bas sur le soulier, qui n’est pas encore à proprement parler un escarpin

L’escarpin n’est pas une chaussure féminine à haut talon. En français, l’analogie avec l’adjectif « escarpé », avec lequel il est pourtant sans lien étymologique direct, entretient cette méprise assez fréquente. L’escarpin est un soulier masculin plat et léger ne couvrant pas le cou de pied ; il est réalisé le plus souvent d’une pièce  de cuir,  et ne nécessite pas de système de fermeture : il s’enfile. Pouvant être ôté et remis très rapidement, commode et tenant au pied, il est plutôt une chaussure de travail et d’intérieur, pour les domestiques. Son nom vient de l’italien « scarpino », petit soulier, diminutif de scarpa, le soulier. Mais il prend également en français, semble-t-il dès le XIVe siècle, le nom de « pompe », peut-être par analogie avec le son qu’il produit en marchant ou parce que, très décolleté, il prend facilement l’eau. Il a donné en français le terme argotique pompe, et le terme anglais « pump », soulier décolleté de cérémonie, escarpin.

La mode masculine, à la fin du XVIIIe s., voit le soulier se décolleter progressivement pour prendre peu ou prou la forme d’un escarpin. Mais il conserve encore, sous la Révolution et l’Empire, un système de fermeture (bouffette de rubans ou boucle) qui devient vers 1830 uniquement décoratif puisque l’escarpin, désormais très décolleté, peut aisément s’enfiler.

L’escarpin demeure en France, durant le XIXe siècle, jusqu’en 1900 environ, le soulier de cérémonie. Outre-Manche, il conserve ce statut tout au long de la période victorienne puis edwardienne, et même jusqu’aujourd’hui, ainsi qu’aux Etats-Unis. Il est à boucle (décorative) ou bouffette, puis a partir du milieu du XIXe siècle jusqu’aujourd’hui à nœud de gros-grain sous le nom de « opera pumps », américanisé en « oprah pumps », ou « court shoe ». Voici une galerie d’escarpins masculins, de la Révolution à nos jours.

Escarpins à boucles portés par Louis XVI dans le tableau de Louis Hersent. Attention, c'est une oeuvre réalisée en 1817.

Escarpins à boucles portés par Louis XVI dans le tableau de Louis Hersent. Attention, c’est une oeuvre réalisée en 1817.

Souliers partiellement décolletés de l'empereur Napoléon, par David, en 1812

Souliers partiellement décolletés de l’empereur Napoléon, par David, en 1812

Escarpin à boucle (réplique) par Robert Land Historic Shoes

Escarpin à boucle (réplique) par Robert Land Historic Shoes

Escarpins masculins, vers 1830

Escarpins masculins, vers 1830

Napoléon III en tenue civile de gala, portant des escarpins, par Cabanel (1865)

Napoléon III en tenue civile de gala, portant des escarpins, par Cabanel (1865)

Oscar Wilde en escarpins

Oscar Wilde en escarpins

Escarpins à la cour du roi Edouard VII d'Angleterre, vers 1901. Le roi porte des escarpins à nœud de gros-grain, les autres dignitaire des escarpins à boucles, essentiellement décoratives et peut-être factices.

Escarpins à la cour du roi Edouard VII d’Angleterre, vers 1901. Le roi porte des escarpins à nœud de gros-grain, les autres dignitaire des escarpins à boucles, essentiellement décoratives et peut-être factices.

Georges V et les premiers ministres du Commonwealth en 1926

Georges V et les premiers ministres du Commonwealth en 1926

Le prince Charles consacrant l'usage de l'escarpin comme "formal shoe", en 2012

Le prince Charles consacrant l’usage de l’escarpin comme « formal shoe », en 2012

Escarpin masculin par Shipton and Heneage

Escarpin masculin par Shipton and Heneage

Tagué , , , , ,

Les boucles commémoratives

Les événements historiques du XVIIIe siècle sont parfois l’occasion de créer des boucles commémoratives, extrêmement prisées des collectionneurs.

Le mariage du dauphin Louis-Auguste, futur Louis XVI, avec Marie-Antoinette en 1770 suscite la création de boucles de chaussures « au dauphin ». Le musée de Rennes en conserve une paire en argent, oeuvre de François-Nicolas-Joseph Girard (inv.2006.18.01). François Doré a dans sa collection une boucle de culotte du maître-orfèvre L.A. Mignot, ornée de dauphins – symbole du Dauphin Louis Auguste – et d’aigles bicéphales – symbole de l’Autriche, patrie de Marie-Antoinette.

En 2011, s’est vendue aux enchères une boucle commémorative à l’effigie de George Washington pour plus de 6 500 dollars.

Image

Boucle commémorative, pour la seconde investiture de George Washington en 1793. Bronze argenté, 6,5 x 6,5 cm © HeritageAuctions, Dallas.

Sa forme, rectangulaire à angles coupés, très incurvée, et ses dimensions amples (6,5 cm x 6,5 cm) sont caractéristiques de la fin du XVIIIe. Elle est en métal vil (bronze argenté), son système d’attache en acier est à contre-chape.

Dans un cartouche ovale, au mitan de la ligne supérieure du rectangle, s’affiche un Aigle américain tenant un rameau d’olivier et des flèches. Un buste de George Washington apparaît en bas. L’effigie présidentielle et l’aigle ressemblent étroitement aux éléments ornementaux d’une pièce de monnaie 1792 des États-Unis. Nous pouvons donc penser que cet accessoire de mode a été réalisé après 1792, peut-être pour commémorer seconde investiture de Washington en 1793, ou la mort de Washington, le 14 décembre 1799. La New York Historical Society possède également une paire de boucles à l’effigie de Washington, faites d’argent.

Boucles de souliers du musée de Dunkerque

Magnifique paire de boucles de souliers d’homme, d’époque Louis XVI, en argent ciselé à motifs géométriques de fleurs et de feuillages

France, Dunkerque, maître-orfèvre, poinçons et date non précisés.

Chapes et ardillons doubles présents, en acier.

18e siècle

Longueur en cm : 6,2

Largeur en cm : 4,6

Hauteur en cm : 2,6

Image

Tagué , , ,

Une boucle de soulier de Louis XVI

L’étude de maître Olivier Coutau-Bégarie propose à la vente le 3 avril 2013 une boucle de soulier réputée avoir appartenu à Louis XVI.

Image

Le catalogue de la vente, reproduit avec l’autorisation de l’étude,  la décrit ainsi :

« Boucle de soulier du roi Louis XVI. Modèle rectangulaire, en argent, légèrement bombé, à décor d’un double encadrement de perles d’argent taille diamant. Une étiquette en carton porte l’inscription manuscrite : « Boucle du roi martyr, remise par Cléry,[partie illisible], duc de Looz Croswarem ». Au revers figure un texte en partie effacé. Cette boucle est depuis l’origine conservée dans une étoffe en velours de soie,de couleur bordeaux, précieusement cachée dans un emboîtage en bois recouvert de cuir, imitant une reliure du XVIIIe siècle. Maître orfèvre : François-Noël Devaux (1783-1784), Paris. Dimensions : H. : 4 cm –L. : 8 cm.  Poids. : 27 grs.

Provenance : Cet émouvant souvenir historique fut remis par Jean-Baptiste Cléry (1759-1809), valet de chambre du roi lors de sa captivité à la prison du Temple, au duc Guillaume-Joseph de Looz-Croswarem (1732-1803) et conservé depuis dans sa descendance.

Référence : « Marie-Antoinette et son temps », catalogue de l’exposition,Galerie Sedelmeyer, 1894, n°22, page 27  »

Image

Maître Coutau Bégarie nous a permis d’étudier la boucle de près.

Il s’agit d’un très beau travail d’orfèvre parisien. La course de ruban, bordée de part et d’autre par des clous ou des perles en taille diamant forme un ensemble très réussi. L’orfèvre François-Noël Devaux n’est pas répertorié dans le livre-référence de François Doré sur les Boucles de costume en France. Je me promets d’en chercher davantage sur son compte, car je peine à expliquer comment ce travail de 1783-1784 se retrouve au pied du Roi. L’expert Cyrille Boulay ne nous en dit pas davantage, même s’il rapproche habilement cette boucle de celle « similaire » [sic] (On ignore sur quel fondement : elle n’est décrite nulle part…) qui se serait détachée du soulier royal lors de la fuite des Tuileries, dite « fuite à Varennes », en juin 1791.

Ajoutons que, dans la fonte généralisée des boucles de chaussures, le Roi a du faire l’objet d’une surveillance patriotique particulière.

Peu importe au fond. Cléry est connu pour avoir fait sa fortune, dans tous les sens du terme,  sur les reliques royales, et la provenance supposée Cléry est à elle seule une provenance intéressante. Le trafic important de ces reliques dès 1793 et jusqu’aujourd’hui rend difficile l’établissement de certitudes.

On note que la boucle n’a plus son système de fermeture original, à chape et ardillon double.

J’ai pu prendre des mesures sensiblement plus précises : 3,85 cm x 8 cm. La hauteur hors tout, qui donne la courbure, est d’environ 1,8 cm.

Vous trouverez le montant de l’adjudication dans l’article sur le prix des boucles.

Image

Image

Tagué , ,

Dater une boucle de chaussure

Les poinçons permettent en général d’établir une datation assez précise d’une boucle de soulier d’argent ou d’or. En croisant les informations du poinçon de charge et de décharge, et le poinçon de maitre orfèvre, on peut aisément établir une fourchette. Encore faudrait-il que les poinçons fussent tous lisibles, et qu’il fut aisé de les identifier. Il faut admettre que dans ce domaine, même l’excellent ouvrage de référence de François Doré « Poinçons de Maîtres – Les boucles de costume en France 1650-1830″ n’est pas exhaustif, et ne prétend pas à l’exhaustivité.

Boucle Rococo en or, vers 1760

Boucle Rococo en Or, vers 1760, 0.6 x 4.1 x 5.2 cm
Orfèvre Joseph Richardson (1711 – 1784) à Philadelphie
© 2012 Philadelphia Museum of Art.

La lecture et l’interprétation des poinçons d’Ancien Régime est rarement chose aisée. Par ailleurs, les boucles en métal vil ne portent pas de poinçon.

D’autres indices permettent néanmoins de dater approximativement la boucle. Des modes qui évoluent, des techniques différentes influent sur la forme du bijou et le fonctionnement du système. Les indices proposés ci-dessous ne sont évidemment valables que pour les boucles françaises sur la période 1750-1830.- le répertoire ornemental 

Le répertoire ornemental est souvent riche d’indication. Il est existe

des boucles très rococo sous Louis XV, tandis qu’à partir des années 1765 apparaissent les motifs caractéristique du règne de Louis XVI ; colombes, carquois, flèches, paniers fleuris, instruments de musiques etc.Il existe également des répertoires caractéristiques d’un événement : le mariage du dauphin Louis-Auguste, futur Louis XVI, avec Marie-Antoinette en 1770 suscite la création de boucles de chaussures « au dauphin ». Le Musée de Rennes en conserve une paire en argent, oeuvre de François-Nicolas-Joseph Girard (inv. 2006.18.01). François Doré a dans sa collection une boucle de culotte du maître-orfèvre L.A. Mignot, ornée de dauphins – symbole du Dauphin Louis Auguste – et d’aigles bicéphales – symbole de l’Autriche, patrie de Marie-Antoinette.

la forme du tour 

Si la forme rectangulaire dure de 1750 à 1820, d’autres sont plus caractéristique.

Le « noeud d’amour » est en vogue tout au long du XVIIIe s. mais s’éteint au XIXe.

Les formes violonées ou en arbalète sont typiques des années 1750-1760.

Le médaillon, rond ou ovale, est typique de la fin de XVIIIe s., du milieu des années 1780 à 1810 en général. Ces boucles ovales ne doivent pas être confondues avec les formes navettes, ovales beaucoup plus oblongs, et en vogue en Angleterre dans les années 1780.Le rectangle à angles coupés est en vogue de 1765 à 1825.

Le rectangle à angles arrondis est en vogue de 1775 à 1830. Déjà existante sous Louis XVI, cette forme est la plus commune sous le Premier Empire, sur des boucles de dimensions modestes, en général à contre chape. Les boucles de souliers de Napoléon à Sainte-Hélène en sont un bel exemple.

la forme de l’ardillon

On trouve toutes formes d’ardillons : doubles pointes simples ou entretoisées, fourche à épaulement angulaire entretoisée ou non, fourche à épaulement courbe entretoisée ou non… Ces ardillons nous renseignent assez peu. Cependant, une entretoise en coeur indique souvent une facture entre 1765 et 1810. Quant à l’ardillon en forme de lyre, il est, lui tout à fait caractéristique de la période Directoire-Empire.

– la forme de la chape 

La chape est le plus souvent rectangulaire ou trapézoïdale. Mais une forme dite « en marmite » peut accompagner les boucles en médaillon. On ne les trouve donc que de sur des boucles des années 1780 ou postérieures.

Des boucles de chaussure en faïence

« Des boucles de chaussures en faïence, ça n’existe pas ! Et pourquoi pas… ?  » serait-on tenté d’écrire en plagiant Robert Desnos. On peut en effet peiner à l’imaginer, tant la fragilité de faïence semble incompatible avec l’usage des boucles de souliers.

Nous avions déjà noté cependant la présence d’éléments décoratifs en faïence, comme les pseudo-camées de Wedgwood, enchâssés dans de larges boucles d’acier.

Les collections britanniques, une fois encore, permettent d’attester l’usage de boucles au cadre entièrement en faïence, du moins en Angleterre. Rares sont celles qui sont parvenues jusqu’à nous.

Boucles de chaussures en terre cuite émaillée, v.1780. © Manchester City Galleries

Le musée de Manchester (Royaume-Uni) conserve en particulier une paire de boucles en terre cuite rouge foncé, glacées d’un émail noir orné d’une frise de feuillage blanc. Elles mesurent chacune 6,9 cm de long pour 5,6 cm de large et une épaisseur de 3,3 cm au plus haut de la courbure. Elles ont conservées leur système de fermeture en acier à chape et ardillon double. Datées des années 1770/1790, elles sont entrées dans les collection du musée en 1923. Rien ne permet de renseigner leur usage (boucles de chaussures d’homme ou de femme ? boucles de deuil ? ). Seule leur provenance, le comté de Staffordshire, semble établie.

Le même musée conserve une boucle solitaire, en biscuit blanc émaillé, de grandes dimensions également : 7,3cm x 5,7cm (épaisseur 3,8 cm). La boucle présente un décor intéressant de traits, perles et rinceaux d’un goût Louis XVI rustique, dans les tons bleus, verts, rouge et violet. Elle n’a plus son système d’attache en acier. Datée des années 1780-1800, elle proviendrait également du comté de Staffordshire, où se trouve d’importantes manufactures de céramique de la fin du XVIIIe, et notamment celle de Josiah Wedgwood.

Boucle de chaussure en biscuit de porcelaine, vers 1790. © Manchester City Galleries

Je ne connais pas à ce jour de témoignage d’un usage en France de boucles en faïence. Un lecteur qui en saurait plus long serait prié de m’en faire part, en me contactant par cette page.

Tagué , , , , ,

Les boucles de deuil

Boucles de deuil vers 1780 ("Deuil de soie")

Au XVIIIe siècle, les rituels du deuil sont extrêmement codifiés, et les boucles de chaussures, comme accessoires évidents de l’habillement, participent de cette codification. Avant d’en détailler l’usage, un bref rappel des rituels du deuil au XVIIIe et début du XIXe s.

Pour le décès d’un père, d’une mère, d’un grand-père, d’une grand-mère, d’un mari, d’une femme, d’un frère ou d’une sœur, le « GRAND DEUIL » est de rigueur. Le Grand Deuil se partage en trois temps : « deuil de laine », « deuil de soie », et « petit Deuil ». La durée du Grand Deuil, et subséquemment de chacune des périodes, est variable selon la qualité du défunt. On compte un an et six semaines pour la perte d’un époux, à deux mois pour la perte d’un frère. On notera, et cela est important, qu’en France les parents ne portent pas le deuil d’un enfant disparu.  Pour le décès d’un oncle, d’une tante, d’un cousin germain, d’un oncle éloigné, ou d’un cousin éloigné, on porte le « DEUIL ORDINAIRE », qui ne compte que deux périodes : le « deuil de soie », et le « petit Deuil ». Enfin, à Versailles, le roi peut décider un « deuil de cour » dont il fixe la nature (« grand deuil » ou « petit deuil ») et la durée. Un « Grand deuil » de cour se partage dans les mêmes temps que les grands deuils particuliers, c’est-à-dire « deuil de laine », « deuil de soie » et « petit deuil ».

Les « boucles de deuil » ne sont portées qu’en cas de « grand deuil », et dans la première période uniquement dite « deuil  de laine » : elles sont « noires », ou « bronzées », c’est-à-dire en argent, en acier ou en bronze noircis. Dès la seconde période, en « deuil de soie », les boucles d’argent sont admises, même si on voit aussi des boucles de pierres noires. Le petit deuil, comme le deuil ordinaire, prescrit les boucles d’argent et autorise même les boucles enrichies de diamants.

Notons enfin que le Roi porte le deuil en violet et que le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France de Nicolas Viton de Saint-Allais  (Paris, 1816) précise que dans le premier temps d’un grand deuil de cour, (« deuil de laine »)  le roi porte des « souliers de drap violet, avec les boucles d’acier tirant sur le violet ». Il s’agit certainement d’acier bleui. Le détail de l’habillement du roi est si caractéristique qu’il a semblé intéressant d’y consacrer un article documentaire.

Vous trouverez davantage de précisions sur : http://www.blason-armoiries.org/institutions/d/deuils-particuliers.htm

Boucles de souliers de deuil, en pâte de verre noire, vers 1780 ("Deuil de soie")


		
Tagué , , , , , ,

Les « enganteurs d’attaches »

Les boucles de souliers sont des joyaux très apparents; et attirent bien des convoitises. La bienséance autant que la prudence commandent au XVIIIe siècle de ne pas porter en ville des boucles d’or et de pierreries, et de les réserver aux intérieurs. Néanmoins, les boucles d’argent motivent des vols et des agressions parfois mortelles, de même que les boucles d’imitation (en similor, pomponne, strass etc.) et les boucles précieuses d’imprudents ostentatoires…. Les voleurs de boucles sont, dans leur argot, des « enganteurs d’attaches ».

L’argot des voleurs est bien connu des parisiens au XVIIIe s. Le Jargon de l’Argot réformé, publié en 1628 par Chéreau, marchand drapier de Tours, est réédité très souvent jusqu’en 1849. Les comédiens Grandval père (1676- 1753) et surtout fils (1710-1784) popularisent un genre  et un parler « poissard », abondamment repris par Vadé (La Pipe cassée, 1743), Caylus, dans ses Oeuvres badines (1757), Lécluse , ou Bouchard (Madame Engueule, 1754). Le Rat du Châtelet, en 1790, rapporte des conversations argotiques assez savoureuses, d’autant que l’auteur se dissimule derrière une candeur feinte : « J’eus beau faire pour écouter, j’entendis tout et ne compris rien ; c’était, je crois, un composé de mots grecs, hébreux et français. Combien j’ai regretté de n’avoir pas étudié toutes les langues ; j’aurais, peut-être, appris bien des choses. »

Les boucles sont donc les « attaches ». On précise souvent « attaches de passes » ou « attaches de passifs » pour boucles de souliers. On les détaille aussi selon leur matière; on trouve « attaches brillantes » pour les boucles précieuses. Les « attaches de cé » sont les boucles d’argent ( On trouve couramment « cé » pour l’argent métal au XVIIIe et début XIXe s., sans que l’étymologie n’en semble évidente. Le Rat du Châtelet (1790) indique par exemple « bêtes à cornes en cé », pour fourchettes en argent). On trouvera aussi, toujours dans le sens de « boucles de souliers en argent », « attaches d’auber » ou « attaches d’huile ». Les boucles d’or massif sont, elles, les « attaches d’orient ».

Oudry, illustration pour "Le mari, la femme et le voleur" de Jean de La Fontaine.

Un chant épique entendu par en 1811, et publié par Chabot en 1834, rapporte une agression sur le Pont-au-Change :

« Dessus le pont au Change
Certain valet de chambre
S’écria au charron ;
Et moi qui suis bon drille,
Sûr, je vais droit au pentre
Enganter son chasson.

Son chasson, sa toquante,
Ses attaches brillantes,
Ses passifs radoucis,
Son frusque et sa lisette,
J’ai enganté sans cesse,
Puis j’ai défouraillé. »

Notons que les « passifs radoucis » sont des souliers luxueux, de peau fine ou de soie.

De même, en 1828, Vidocq, dans ses supposés Mémoires, rapporte un chant dans lequel un bourgeois (un « chêne ») est assassiné et dépouillé . La description de ses atours est minutieuse…

« J’ai sondé dans ses vallades,

Son carle j’ai pessigué,

Son carle, aussi sa toquante,

Et ses attaches de cé

Son coulant et sa montante,

Et son combre galuché

Son frusque, aussi sa lisette,

Et ses tirants brodanchés. »

Tagué , , , ,

Une boucle étonnante des années 1780

Dans son travail d’inventaire de l’orfèvrerie de Lyon et de Trévoux (1999-2001), Mme Marie-Reine Jazé-Charvolin a recensé, dans une collection privée, une boucle XVIIIe étonnante par son décor. Le cadre rectangulaire de la boucle est remarquable : les bords latéraux sont chantournés, tandis que les bords supérieurs et inférieurs sont dentelés, suivant un motif relativement atypique. Aux quatre angle, une fleur de lys inattendue sur ce type de bijou.

Boucle de soulier - Lyon 1781-1785 photo Inv. J.M. Refflé 99690210X - Droits réservés

Le cadre est en fonte d’argent. Les quatre fleurs de lys en argent sont rapportées, ce qui peut laisser envisager une pose de ces attributs postérieure à la fabrication. Le système de fermeture, à goupille, ardillon double et chape, est en acier.

La boucle mesure 7,3 x6 centimètres, et pèse, tout compris, environ 70 grammes.

Ce sont les poinçons au dos qui permettent de la dater. Au centre, deux S séparés par un « grain de remède », indique l’orfèvre Sébastien Saulnier, reçu maître à Lyon en 1781. A droite, un Lion couronné avec en-dessous la lettre « a » minuscule correspond au poinçon de la Communauté de Lyon entre 1778 et 1785. Enfin, à gauche, la lettre L est le poinçon de charge des menus ouvrages pour Lyon entre 1781 et 1787. La boucle a donc certainement été réalisée entre 1781 et 1785, par Sébastien Saulnier, maître orfèvre à Lyon. Les fleurs de lys peuvent avoir été rapportées ultérieurement.

Au revers, successivement le poinçon de charge des menus ouvrages de Lyon, le poinçon du maître orfèvre et le poinçon de communauté. Photo Inv. J.M. Refflé 99690466X - Droits réservés

Revers de la boucle. Photo Inv. J.M. Refflé 99690161X - Droits réservés

Tagué , , , , , ,

La fonte massive des boucles de souliers en 1789

Le député d’Ailly, à l’origine du sacrifice des boucles d’argent des députés le 20 nov. 1789

Dès l’automne 1789, la nécessité de compenser l’effondrement des recettes fiscales du royaume suscite un élan collectif de dons de numéraires et de bijoux, parmi lesquels les boucles de souliers deviennent un enjeu symbolique.

Le 7 septembre 1789, un groupe de onze femmes – artistes ou femmes d’artistes – se présente devant les membres de l’Assemblée nationale à Versailles pour faire don à la nation d’une cassette contenant leurs bijoux. Ce geste symbolique de renoncement à la parure et au luxe pour le bien public connait un retentissement très important, popularisé par plusieurs gravures.  Deux bureaux organisés de « dons patriotiques » s’ouvent, dirigés l’un par Mme Pajou (fille et femme de sculpteur), l’autre par Mme Rigal, épouse d’orfèvre. Le 18 septembre, l’Assemblée publie un décret encourageant les dons patriotiques, le nom des donateurs étant publié sur un registre. Le 22 septembre, le roi Louis XVI envoie sa vaisselle de métal précieux à la fonte (au total  9 442 marcs d’argent et 230 marcs d’or), imité par la Reine (3 607 marcs d’argent).

Il semblerait que ce soit le fils Knapen, célèbre imprimeur, qui ait le premier indiqué que les hommes ne devaient pas être en reste sur les femmes, et offrir à la Nation leurs boucles de souliers. On publie alors toutes sortes de chiffres assez fantaisistes sur ce que pourraient rapporter les « dons patriotiques » de boucles de chaussures. On avance le chiffre de 6 millions [1], voire de 40 millions de livres, dont 600 000 pour les citoyens-soldats [2] ! « On diffère d’une manière étonnante dans les conjectures sur les produits de ce genre de sacrifice, indique le Journal de Paris le 6 décembre 1789; les uns disent que cela rendra jusqu’à vingt millions, les autres ne veulent pas même que cela rende un seul million. Il faudra savoir combien de gens en portent, ensuite combien de gens les donneront. On n’a aucune de ces deux données. »

Le 20 novembre 1789, les députés offrent solennellement leurs boucles d’argent à la Nation, à l’initiative de Michel-François d’Ailly, député de Chaumont-en-Vexin. « L’honorable membre, dit le Moniteur, en donne le premier l’exemple, en ôtant les siennes ». Ils sont bientôt imités par la Commune de Paris le 22 novembre et par les districts. Le marquis de Villette offre toutes ses boucles, celles de sa Maison, puis, en décembre, celle des patriotes du Club National qu’il préside. De nombreuses villes envoient les boucles de leurs citoyens à l’Assemblée. Bientôt, ceux qui conservent des boucles d’argent à leurs souliers apparaissent suspects. Le Dictionnaire national définit les « boucles d’argent » comme un « ornement superflu, qui désigne un aristocrate ou un égoïste au  cœur de bronze. » Le Journal des Révolutions de l’Europe note, en novembre 1789 : « Aujourd’hui, les boucles d’argent semblent être proscrites ; dans les rues de Paris, on hue ceux qui en portent encore; chacun a des cordons à ses souliers ou des boucles de cuivre. »

En mars 1790, les « dons patriotiques » n’avaient cependant rapporté qu’un million à l’Etat. Encore faut-il mentionner, échappant aux comptes généraux, des initiatives locales. Ainsi le docteur Nicolas Rougnon, à Besançon, invite ses concitoyens à sacrifier leurs boucles d’argent pour acheter du blé en faveur des indigents.

Illustrations de l’esthétique d’un siècle, les boucles de souliers d’argent sont ainsi devenues, en 1789, le symbole d’une société égoïste et frivole à abattre.

Don patriotique des illustres françoises en sept. 1789. Anonyme, 1791

Don patriotique des illustres françoises en sept. 1789. Anonyme, 1791

[1] le Dictionnaire national, 1790, article Boucles.

[2] Chronique de Paris, septembre 1789

Tagué , , , ,

Boucles de souliers de Napoléon à Sainte-Hélène

Boucles de chaussures de Napoléon à Sainte-Hélène © RMN / Gérard Blot

Les collections nationales françaises comportent peu de boucles de chaussures. Le catalogue des collections de la Réunion des Musées nationaux ne présente que trois articles, dont une intéressante paire de boucles ordinaires, admise comme ayant été portée par Napoléon à Sainte-Hélène. Elle a été offerte en 1979 par le prince Napoléon au musée national du château de la Malmaison.

Il s’agit de deux boucles rectangulaires aux angles arrondis, légèrement bombées, décorées de filets creusés dans le corps. Chaque boucle mesure 65mm de long par 45 mm de large.

Poinçon au 1er Coq (1798-1809) de 2e titre

Elles semblent avoir été en vermeil, sur argent massif 2e titre (800/1000) identifié par le poinçon au premier coq tourné vers la gauche et chiffre 2 (pour 2e titre), en usage entre 1798 et 1809. Ces boucles portent également le poinçon du maître orfèvre, les  lettres « J.H » et en dessous « L » dans un losange vertical, sur la tranche : il s’agit de Jean-Henri Loublié, dont le poinçon caractéristique a été insculpé à Paris en 1807.  La lecture des poinçons est toujours intéressante. Ici ils permettent de dater assez précisément la fabrication des boucles, postérieure à 1807, mais antérieure à 1809. Vers 1808, donc. Les boucles portent enfin un poinçon de grosse recense (tête casquée tournée vers la droite), elles ont certainement donc été vendues après le changement de poinçon de 1809.

Le système d’attache est en acier, à chape et contre-chape articulé autour de la tige centrale. Les ardillons sont en forme de fourche.

Madame Claudette Joannis, rédactrice de la fiche d’inventaire, note : « Plusieurs boucles de chaussures et de col sont mentionnées dans le testament de Napoléon : elles sont en diamants et en or, et destinées à sa famille. Non mentionnées, celles-ci, plus simples, relevaient de son usage quotidien durant son exil à Sainte-Hélène. Cet usage est tardif car les boucles disparaissent des chaussures masculines à la fin du XVIIIe siècle. »

Ajoutons toutefois une précision aux propos de Claudette Joannis : le goût personnel de l’Empereur pour les boucles de souliers amène, sous l’Empire, à un bref retour en vogue de ce système de fermeture. En réalité, les chaussures masculines étant alors très décolletées, sous la forme d’escarpins, la boucle est souvent plus ornementale qu’utilitaire même si elle conserve son système de fermeture.

L'Empereur Napoléon, peint par David en 1812 aux Tuileries, portant des boucles à ses souliers

L’Empereur Napoléon, peint par David en 1812 aux Tuileries, portant des boucles à ses souliers

La page richement illustrée de Candice Hern sur les boucles de chaussures

Candice Hern présente, dans son blog, une page très richement illustrée et documentée sur les boucles de chaussures au XVIIIe siècle.

La page est rédigée en anglais mais mérite le coup d’œil et, pour les anglophones, la lecture.

Une belle image extraite du blog de Candice Hern - Boucles XVIIIe en écrins

Technique de la boucle de chaussure

La boucle sert effectivement à fermer la chaussure.

Paire de boucles de chaussures en argent – Agen 1784-1785, Maître Orfèvre Jean Seguin

Elle se compose de la boucle, qui désigne le cadre en métal (bronze, argent, or…) orné parfois d’émaux ou de pierreries.

La boucle est traversée de haut en bas, au milieu, par une tige métallique, souvent en fer ou en acier, la goupille. La goupille sert d’axe pour la chape et l’ardillon.

Au centre de la goupille s’articule une fourche à deux pointes, l’ardillon double. L’ardillon double, c’est à dire à deux pointes, aide souvent à caractériser une boucle de chaussure.

A l’opposé de l’ardillon, se trouve une forme trapézoïdale à deux ergots piquants : la chape.

Enfin, il arrive parfois que l’ardillon double, au lieu de buter directement sur la boucle, bute sur un cadre en acier ou en fer articulé sur la goupille également : la contre-chape.

« Il y a quatre parties dans une boucle; le tour, qui retient le nom de boucle; l’ardillon, la goupille et la chape : la goupille traverse le tour, l’ardillon et la chape; les pointes de l’ardillon portent sur le tour supérieur de la boucle. » Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1753. Article chape.

Le site « American Duchess » qui produit de très belles répliques de souliers historiques pour femme, spécialement du XVIIIe siècle, ainsi que de belles répliques de boucles, propose une vidéo démonstrative très claire.

Une brève histoire de la boucle de chaussure masculine

Boucles de chaussures masculines en écrin, vers 1780

Le soulier masculin moderne, à talons et lacets, nait vers 1610 et, dès cette époque, on en soigne la fermeture : on noue, en guise de lacets, des rubans. On forme des rosettes. On ajoute des ornements, qui, dans les années 1660-1670, deviennent très fantaisistes : grosse rose de rubans plissés, cascade de ruban en « petite oie » ou grandes raquettes montées sur métal, en ailes de moulin à vent ou de libellule.

C’est dans ce foisonnement d’excentricités qu’apparaît la boucle de chaussure. Décorative et précieuse, elle est aussi fonctionnelle : elle permet une fermeture rapide des pattes de quartier sur l’empeigne. Premier à en laisser un témoignage, Samuel Pepys, dignitaire anglais, note dans son journal à la date du 22 janvier 1660 «This day I began to put buckles on my shoes » (Aujourd’hui, j’ai commencé à mettre des boucles à mes chaussures). Comme souvent pour les modes, les Anglais en attribuent l’invention aux Français, tandis que les Français appellent les chaussures à boucles « souliers à l’anglaise ».

Apparue vers 1660, démodée vers 1670, revenue vers 1680, la boucle ne s’impose qu’au début du XVIIIe siècle, comme la fermeture évidente du soulier élégant. A la Cour, à la ville, les hommes portent en journée de grosses boucles d’argent, plus ou moins travaillées, mais aussi d’or ou de bronze argenté. Le deuil proscrivant l’or et l’argent brillants, les élégants affligés usent de boucles en argent noirci ou en acier taillé. Les boucles d’acier produites à Wolverhampton, en Angleterre, très prisées à partir de 1760, sont négociées à prix d’or. L’acier est utilisé également pour les chaussures enfants, car il est moins fragile que l’argent. Pour les cérémonies, les soirées et les bals, les boucles de pierreries sont de mise. Un courtisan possède en général au moins une parure, qui comprend une paire de boucles de souliers, et une paire de boucles de jarretières assortie, plus petites, pour serrer la culotte aux genoux.

Boucle supposée de G. Washington, en argent et strass calibrés v. 1780

L’exploitation des riches gisements de diamants du Brésil, à partir de 1725, donne un nouvel essor aux créations de joaillerie, qui atteignent sous Louis XV une démesure inégalée : les boucles de chaussures en diamants en témoignent. A Versailles, elles sont une obligation du paraître : ceux qui n’en ont pas, s’en font prêter par leur parenté ou leurs amis, voire par la famille royale elle-même. Les boucles de chaussures du prince Electeur de Saxe sont l’un des très rares exemplaires parvenus jusqu’à nous, mais les inventaires français en dénombrent beaucoup à l’époque. Celles du Dauphin Louis, fils de Louis XV, sont estimées à près de 10 000 louis. En 1788, à la veille de la Révolution, Louis XVI – grand amateur de pierreries – en fait réaliser une paire, ornée de 80 diamants identiques, taillés en brillants, pesant chacun plus d’un carat : elle est estimé à 48 000 livres, soit environ 400 000 euros. Livrée en 1789, elle n’est sans doute portée qu’une fois, pour la cérémonie d’ouverture des Etats-Généraux. L’usage des boucles en pierreries dépasse le cadre des soirées de Versailles, ou de Paris puisqu’en 1792 l’inventaire des bijoux de Louis Colas Desfrancs (1735-1820), négociant d’Orléans, compte « deux paires de boucles en diamans (sic) à souliers ». Peut-être s’agit-il dans ce cas de faux diamants, abusant un oeil peu expert ? En effet, au moment même où arrivent en Europe les diamants du Brésil, vers 1730, un joaillier alsacien, Georges- Frédéric Strass, invente un cristal très riche en plomb pour imiter le diamant. Il baptise son invention « pierre du Rhin », mais le public la renomme « pierre de Strass » ou « strass ». Le succès de ces imitations précieuses est tel qu’en 1734, Strass est nommé joaillier du Roi. Les strass permettent de varier à l’infini les modèles, suivant les caprices de la mode, à moindre coût. « Le succès de ces bijoux entraîne la naissance d’une nouvelle corporation, celle des joailliers faustiers  » (1).

Lavoisier, par David (boucles de chaussures d’Artois au premier plan)

Les formes, les motifs, les formats évoluent en effet beaucoup. A partir de 1775, la taille des boucles prend une très grande ampleur, couvrant tout le cou-de-pied. Outre-manche, elles sont appelées « Artois shoe buckles » en référence au comte d’Artois, le plus jeune frère de Louis XVI et futur Charles X, alors célèbre pour son élégance de mirliflore. En 1777, le Gentleman’s Magazine de Londres note que « les boucles de chaussures d’Artois deviennent universelles pour les dames comme pour les gentilshommes : les tailles de certaines, portées à la cour, sont gigantesques ».
Dans ses Mémoires, le comte de Vaublanc se plaint de leur incommodité : « Les hommes portaient d’énormes boucles d’argent, si grandes qu’elles rasaient le parquet des deux côtés ; elles blessaient souvent les chevilles (…) Un présent de ces larges boucles fut envoyé par un de nos princes au prince Henri de Prusse, et le Grand Frédéric s’en moqua beaucoup ; il dit que nous mettions à nos souliers les boucles de nos harnais de carrosses. » (Firmin- Didot, 1857, p. 139) Ces excès déclenchent les railleries. Dans la pièce de Sheridan, Le voyage à Scarborough (1777), Lord Foppington, ironise : si les boucles servaient jusque là à tenir la chaussure, “la situation est inversée maintenant, et la chaussure ne sert plus qu’à tenir la boucle”.

La Révolution française met en effet un terme progressif à l’usage de la boucle précieuse, devenue signe honni de richesse et de coquetterie. Dès l’automne 1789, les « dons patriotiques » envoient aux hôtels des monnaies pour 1 million de livres de boucles de souliers, dans la tradition des fontes d’Ancien Régime. Le Dictionnaire national définit en 1790 les boucles d’argent comme un « ornement superflu qui désigne un aristocrate, ou un égoïste au cœur de bronze« . A partir de 1792, le besoin de financer la guerre contre les souverains européens suscite des cérémonies pendant lesquelles les citoyens envoient leurs boucles de chaussures en argent à la fonte, pour sauver la « Patrie en danger ». En échange, ils reçoivent des boucles carrées, de fer ou de laiton, sur lesquelles une inscription félicite le donateur d’avoir payé « le prix du patriotisme français » : les boucles patriotiques. Ces remises volontaires ne suffisant pas, les autorités révolutionnaires orchestrent des réquisitions forcées de bijoux d’or et d’argent. La Convention, par décret, encourage la dénonciation des matières d’or et d’argent, bijoux et autres effets précieux « cachés ou enfouis ». De grandes quantités de boucles de chaussures d’or et d’argent sont envoyées aux hôtels des monnaies… Les fabricants de boucles anglais s’en désespèrent, et sollicitent la protection du prince de Galles qui, en 1791, promet « très gracieusement » qu’il ne portera que des boucles, et qu’il y invitera toute sa Maison. L’élégance de la réponse n’enraye pas la crise. En Angleterre, pour la seule région de Birmingham-Wolverhampton, le nombre de fabricants de boucles passe de 253 fabricants en 1770 à… à peine 20 en 1818.

L'Empereur Napoléon, peint par David en 1812 aux Tuileries, portant des boucles à ses souliers

L’Empereur Napoléon, peint par David en 1812 aux Tuileries, portant des boucles à ses souliers

Les caprices de la mode n’expliquent pas seuls cette régression : le blocus imposé en 1806 à la couronne britannique par Napoléon y contribue fortement. Bonaparte, premier Consul puis Empereur, porte lui-même des boucles à ses souliers, et encourage une production française, notamment parisienne. La boucle de chaussure masculine jette sous l’Empire (1804-1814) ses derniers feux, qui s’éteindront sous la Restauration (1814-1830).

Le lacet ferme progressivement la parenthèse ouverte cent ans auparavant. La survivance dérisoire de l’usage de la boucle sur l’escarpin de cérémonie, jusqu’en 1850, ne fait qu’en appuyer le passéisme. Dès les années 1820, la boucle de chaussure appartient définitivement à une esthétique nostalgique, celle d’abord des émigrés, puis de quelques dandys à talons rouges. La boucle de chaussure, par les folies élégantes dont elle fut l’objet au XVIIIe siècle, porte pourtant avec elle un peu de la « douceur de vivre » de l’Ancien Régime. Voici certainement ce que les collectionneurs passionnés recherchent aujourd’hui encore dans cet objet insolite, et puissamment évocateur : l’esprit d’un siècle.

(1) Maurice Rheims, Les Collectionneurs, Ramsay 1981, p. 156

Tagué , , , , ,

Bienvenue sur le premier blog francophone consacré à la boucle de chaussure au XVIIIe siècle

Le baron de Besenval, par Danloux

Le baron de Besenval, par Danloux

De 1660, date de sa première mention historique, à la fin du XIXe siècle, où elle est définitivement rangée parmi les accessoires d’un temps révolu, la boucle de chaussure est à la fois un objet utilitaire – elle sert effectivement à fermer la chaussure, au même titre que la boucle de ceinture aujourd’hui -, un objet d’art décoratif, un joyau chez les plus fortunés, un phénomène de mode, et donc de société. Elle est indissociable du XVIIIe siècle, temps de son apogée, au même titre que les bas blancs ou la perruque poudrée.

La boucle de chaussure, aujourd’hui objet de curiosité, est une porte d’entrée atypique sur notre histoire.

Entrons.