Archives de Catégorie: Samples

Etude d’une boucle Empire

Une boucle de soulier d’époque Empire est mise en vente par la Maison Osenat, dimanche 9 juin 2013 à Fontainebleau. Il s’agit d’une boucle à système à contre-chape, en argent vermeillé. Si l’estimation de l’objet est très exceptionnellement haute (350/400E), 8 fois supérieure à l’estimation moyenne, il faut saluer le travail remarquable de la prestigieuse maison de vente aux enchères.

Le descriptif de l’objet donne toutes les précisions utiles : « fine boucle de soulier en vermeil. Encadrement ciselé d’une suite de rinceaux feuillagés, fleurs et pommes de pins. Système d’attache en acier à double ardillon. 6,8 cm x 4,5 cm. B.E. Premier Empire. » En outre, les poinçons ont été scrupuleusement étudiés : « Poinçon de titre Coq 2, département 800, Mercure 1809. Poinçon de moyenne garantie Paris. Poinçon « J.H.B. Double» »

Boucle de soulier en vermeil, 6,8 cm x 4,5 cm de l'orfèvre parisien J.H. Brahy, entre 1809 et 1820.

Boucle de soulier en vermeil, 6,8 cm x 4,5 cm, de l’orfèvre parisien J.H. Brahy, entre 1809 et 1820. © Osenat

Le poinçon de titre nous informe sur le titre d’argent composant la boucle. Il représente un coq avec le chiffre 2 : c’est le coq de 2e titre, soit 800 grammes d’argent pour mille grammes. L’étude Osenat précise « Département », variante du coq 2 propre aux départements. La boucle en argent est donc un ouvrage régional, ou du moins vérifié hors de Paris. Le poinçon « Mercure 1809 » indique que l’ouvrage a été recensé en 1809. En effet, pour limiter les fraudes, sous l’Ancien Régime, en 1722, a été ordonnée la recense des objets en métal précieux. Après la Révolution, deux autres recenses seront ordonnées, en 1809 et 1819. La boucle porte la marque de la recense de 1809, une tête de Mercure.

Il porte également le poinçon de moyenne garantie de Paris, la tête d’Athéna.

Par ailleurs, un autre poinçon indique « JHB Double ». C’est le poinçon insculpé par le maître orfèvre J.H. Brahy en 1809-1810, biffé en 1820. Il s’agit d’un « poinçon de plaqué ». Le poinçon de plaqué est un poinçon carré créé en 1797 pour distinguer les ouvrages en métaux précieux des ouvrages plaqués qui se popularisent en France à partir de 1769 par l’industrie de l’orfèvre Huguet, et surtout de 1788 par celle de Daumy et Turgot, dans le célèbre hôtel de Pomponne. Le poinçon de plaqué doit nécessairement faire apparaître le mot doublé ou plaqué en toutes lettres ( les termes « doublé » et « plaqué » ne semblent pas avoir fait l’objet légalement d’une distinction et sont utilisés indifféremment). D’où le poinçon carré « JHB Doublé ».

Sa réclame annonçait : « La Boucle d’’or, d’’argent et doublée d’’or », 37 rue neuve St Médéric (actuellement rue Saint-Merri).

Je ne saurais pourquoi cette boucle d’argent ainsi doublée d’or par les soins de Brahy est réalisée en province, et doublée à Paris. Peut-être Brahy y était-il établi avant 1809 ? Ou bien achetait-il en province une production qu’il doublait à Paris ? Ce qui est certain c’est que la boucle de souliers « doublée d’or » est une industrie dans laquelle Brahy s’est spécialisé. Du reste, son successeur en 1819, Deribaucourt, est référencé « Deribaucourt, successeur de Brahy, r. Neuve-Saint-Médéric, Fabricant de Doublé » dans l’Almanach des Commerçants de Paris pour l’Année 1820.

Publicités
Tagué , , , , ,

Les boucles du costume : boucles de chaussures, de culotte, de col, de chapeau…

Au XVIIIe s., la boucle de chaussure est l’une des boucles à système du costume masculin et féminin. « Pendant plus de 150 ans, écrit François Doré dans Les Boucles de Costume en France (Ed. Massin), de 1650 à 1830 environ, les boucles ont été étroitement prises en compte et associées aux choix vestimentaires. Paradoxalement ce sort commun du costume et de l’accessoire découle de ce que l’on pouvait à son gré, et selon son humeur, les circonstances et les exigences du dernier cri, dissocier les boucles du vêtement. »

De fait, on trouve parfois les boucles de chaussures réunies dans un même écrin avec une paire de boucles plus petites, dont la chape est en général en forme d’ancre : les boucles de culotte, dites aussi boucles de jarretières. Fixée sous le genou, au bas de la culotte, la boucle permet un ajustement plus précis de la culotte à la jambe. L’ardillon à double pointe se fiche dans le serrant de la culotte.

Elijah Boardman, peint par Ralph Earl en 1789, arbore fièrement boucles de chaussures et boucles de culotte

Elijah Boardman, peint par Ralph Earl en 1789, arbore fièrement boucles de chaussures et boucles de culotte

Une parure XVIIIe en argent, or et pierres du Rhin présentant dans un même écrin une paire de boucles de souliers et une paire de boucles de culotte

Une parure XVIIIe en argent, or et pierres du Rhin présentant dans un même écrin une paire de boucles de souliers et une paire de boucles de culotte

On trouve également, dans le costume masculin, des boucles de col. A l’origine militaire, notamment chez les grenadiers, le « tour de col » ou « stock » est une bande de cuir ou, le plus souvent, de tissus armaturé de crin de cheval ou de carton. Il règne vers 1750-1760 dans le costume civil. Il entoure le cou et s’ajuste à l’arrière par une boucle très spécifique, qui se reconnait par sa chape munie d’agrafes et son ardillon triple ou quadruple.

Le tour de col de Jean-Charles Garnier d'Isle est retenu par une boucle de col, sans doute similaire à celle représentée sous le portrait

Le tour de col de Jean-Charles Garnier d’Isle est retenu par une boucle de col, sans doute similaire à celle représentée sous le portrait

Les autres boucles principales sont les boucles de chapeau, essentiellement décoratives, placées à la base du tube du chapeau en tronc de cône, et les boucles de manchon. Les boucles de ceintures, inusitées dans le costume civil avant 1780, apparaissent dans le costume féminin à la fin du XVIIIe puis se généralisent au début du XIXe.

Tagué , , , , , ,

Les boucles commémoratives

Les événements historiques du XVIIIe siècle sont parfois l’occasion de créer des boucles commémoratives, extrêmement prisées des collectionneurs.

Le mariage du dauphin Louis-Auguste, futur Louis XVI, avec Marie-Antoinette en 1770 suscite la création de boucles de chaussures « au dauphin ». Le musée de Rennes en conserve une paire en argent, oeuvre de François-Nicolas-Joseph Girard (inv.2006.18.01). François Doré a dans sa collection une boucle de culotte du maître-orfèvre L.A. Mignot, ornée de dauphins – symbole du Dauphin Louis Auguste – et d’aigles bicéphales – symbole de l’Autriche, patrie de Marie-Antoinette.

En 2011, s’est vendue aux enchères une boucle commémorative à l’effigie de George Washington pour plus de 6 500 dollars.

Image

Boucle commémorative, pour la seconde investiture de George Washington en 1793. Bronze argenté, 6,5 x 6,5 cm © HeritageAuctions, Dallas.

Sa forme, rectangulaire à angles coupés, très incurvée, et ses dimensions amples (6,5 cm x 6,5 cm) sont caractéristiques de la fin du XVIIIe. Elle est en métal vil (bronze argenté), son système d’attache en acier est à contre-chape.

Dans un cartouche ovale, au mitan de la ligne supérieure du rectangle, s’affiche un Aigle américain tenant un rameau d’olivier et des flèches. Un buste de George Washington apparaît en bas. L’effigie présidentielle et l’aigle ressemblent étroitement aux éléments ornementaux d’une pièce de monnaie 1792 des États-Unis. Nous pouvons donc penser que cet accessoire de mode a été réalisé après 1792, peut-être pour commémorer seconde investiture de Washington en 1793, ou la mort de Washington, le 14 décembre 1799. La New York Historical Society possède également une paire de boucles à l’effigie de Washington, faites d’argent.

Boucles de souliers du musée de Dunkerque

Magnifique paire de boucles de souliers d’homme, d’époque Louis XVI, en argent ciselé à motifs géométriques de fleurs et de feuillages

France, Dunkerque, maître-orfèvre, poinçons et date non précisés.

Chapes et ardillons doubles présents, en acier.

18e siècle

Longueur en cm : 6,2

Largeur en cm : 4,6

Hauteur en cm : 2,6

Image

Tagué , , ,